Malapascua

Août 2008, déjà trois jours que nous avons quitté Paris pour arriver sur l'île Malapascua, au nord de l'île de Cebu, au coeur des Visayas ; en partie jungle, en partie plages de paradis de carte postale.
Arrivés lundi midi à Manilles après 16 heures d'avion et une escale à Bahrein, nous avons directement filé à l'aéroport domestique pour prendre le premier vol libre pour n'importe où... résultat : Cebu, et surtout 4 heures de retard et un premier typhon vécu derrière les vitres de l'aéroport! Autant dire qu'après 24 heures de voyage, le moral commençait à en prendre un coup...

Arrivée à Cebu, à temps pour une première soirée dans un bar, avec un concert live en plein air! Impressionnant pensez vous ? c'était tout simplement le bouiboui devant l'hôtel!

Mardi, départ en bus pour le nord de l'île, ensuite notre première « croisière » sur un petit bateau qui nous dépose sur la plage turquoise et paradisiaque de Malapascua.
Nous avons trouvé à louer un bungalow (même en rêve, je ne l'imaginais pas...), sur la plage, légèrement en retrait bien sur, et pas de touristes devant, non, non, non! Il n'y a personne!... seuls trois bateaux de pécheurs posés sur le sable.
Pour l'instant nous sommes gâtés par le temps, juste une pluie tropicale l'après midi, mais avant et après, ciel bleu et premier coup de soleil.

Le lendemain matin, départ en mer avec un pécheur du village ; Yukan, rencontré la veille, sympathique et rieur.
Trois heures de navigation et de snorkeling aux quatre coins de l'île, somme toute assez petite.
Le soir, c'était complètement inattendu de retrouver Internet et de consulter nos emails, sur cette île qui est une des plus petite et sauvage de l'archipel ; une plage de carte postale, quelques resorts et derrière, le vrai village: des cabanes, des vraies cabanes, des enfants qui jouent en riant.... et le fossé entre eux et nous, poignant...

La suite, je ne sais pas quand ni où... mais je pense que l'on reprendra le baluchon demain avec l'idée de nous diriger progressivement d'île en île, vers l'Ouest, et pour destination finale l'île de Palawan.

Trucs et astuces :
Avion Manille/Cebu : "Cebu Pacific" : 1900 Pesos.
Pension à Cebu : "C'est la vie pension" : 700 Pesos pour 2.
Bus pour Maya : 168 Pesos.
Bateau pour Malapascua : ils essayent de nous faire croire que le seul moyen d'y accéder est de prendre un « special ride » à 1000 Pesos, mais c'est faux !... il faut attendre le bateau public qui ne tarde pas à arriver : 150 Pesos.
Bungalow à Malapascua : "Dona Pension" : 400 Pesos pour la nuit.
Tour de l'île en bateau avec Yukan : 500 Pesos pour la journée.
Restaurants à Malapascua : le "Ging Ging" et le "La Isla Bonita" (top+++)
Internet : "Nabeen Garden Restaurant" : 30 Pesos les 30 min.>


Palawan

Après ces premiers jours de détente sur l'île de Malapascua, nous sommes retournés à Cebu City.
Samedi matin, en route pour l'aéroport, et là tout s'est déroulé à merveille, nous avons obtenu des billets pour Palawan, l'île tellement attendue... et le jour même et à 11h30, nous atterrissions à Palawan! Le vol était superbe ; le ciel tout bleu nous a permis d'admirer toutes ces îles survolées (mon oeil, la saison des pluies!...).

Nous arrivons enfin à Puerto Princessa (cinquième île à notre compteur), et c'est une jolie surprise ; une ville très agréable, propre, plus développée que ce que nous avions vu jusque-là,
avec des restaurants et des pensions super mimi, une ville toute en bois... Hier soir, nous avons même pu regarder les JO sur écran géant depuis la terrasse d'un bar!

Aujourd'hui, nous sommes allés au port de Santa Lourdes (30 minutes de tuc-tuc), où nous avons pris un bateau de pécheur pour nous laisser guider toute la journée à travers les îles d'Honda Bay, en nous arrêtant quand nous le voulions pour nager. Nico s'est fait poursuivre par un poisson fou qui avait les « crocs », a mourir de rire !...
Nous avons hésité à dormir sur une de ces îles, chez une vieille chef de village à Pandan, mais on s'est dégonflé, nous n'avions pas pensé à apporter de la nourriture et nous n'avions pas mangé depuis le matin, de plus le retour le lendemain aurait été compliqué, et il fallait repayer la balade « journée complète » à 1300 Pesos.

Nous sommes revenus le soir a Puerto Princessa, apprécié une vraie douche, et enfin requinqués en calories, nous allons sans doute voir encore les JO! Il faut en profiter, c'est la dernière grande ville avant le retour à Paris.

Nous avons prévu de remonter toute l'île de Palawan progressivement sur 15 jours, jusqu'aux îles du nord, où tout va devenir de plus en plus sauvage ; ambiance jungle dans les terres et îles désertes en mer, cette fois on pensera à prendre de la nourriture...

Trucs et astuces :
Avion Cebu/Palawan : 2 fois par semaine dont le samedi à 10h20, 1H10 de vol, 1900 Pesos.
Pension à Puerto Princessa : « le Casa Linda Inn » : 900 Pesos la nuit, très joli patio avec hamac pour bouquiner en buvant un jus d'ananas.
Dîner au « Kalui »: cuisine traditionnelle, pieds nus (traditionnel aussi...) et très bon !
Journée de bateau dans Honda Bay : 1300 Pesos.
Trajet A/R au port de Santa Lourdes depuis PP : 150 Pesos en tuk-tuk, 30 minutes.
Agence « Flora Travel » à PP pour réserver les billets du bateau « El Nido-Coron » et avion Coron-Manille, pensez à le faire depuis Puerto Princessa, car après il n'y a plus d'agence ou alors plus de places...
Dernière ville avec un DAB !!! les seules possibilités après seront de faire du change à El Nido (euros ou dollars), ou du « cash advance » moyennant une commission de 8 à 12% à El Nido au « Art Cafe « ou à Coron au « Bistro Coron » chez Bruno.


Sabang

Nous avons quitté Puerto Princessa pour traverser Palawan d'ouest en est, jusqu'à Sabang, petit port de pêche et rivières souterraines, le point d'entrée dans la jungle!
C'est sur le toit d'un Jeepney que nous avons fait ces trois heures de route! Ce qui nous permet de relativiser le port de la ceinture de sécurité à présent... C'était vraiment tendu sur les chemins défoncés, mais tellement local avec vue imprenable...
La saison des pluies : et voilà, depuis plusieurs jours, nous recevons des trombes d'eau, certes passagères mais conséquentes...

Après la sérénité de la rivière et la jungle, nous sommes repartis pour Port Barton, en bateau (grand luxe!), de là nous avons passé une journée sur un bateau, avec un pêcheur et des Français rencontrés sur place, cabotage dans un archipel d'îles paradisiaques. Par chance nous bénéficions du soleil pour profiter du ciel, de la mer, et snorkeler des heures!

Trucs et astuces :
De PP à Sabang, prendre le jeepney à la gare routière : 200 Pesos, 3 heures,
(Attention ! ils ont tenté de nous faire croire à 11h du matin, qu'il n'y avait plus de jeepney pour la journée, et que nous devions prendre un bus privé à 5000 Pesos. Mais non, non, il faut suffit d'aller à la gare !).
Sabang : logement au « Tawal Bungalow », super propre et mignon, 600 Pesos/nuit.


El Nido

Nous sommes repartis aujourd'hui en bateau pour El Nido, tout au nord de Palawan. Cette fois, la mer est déchaînée, nous essuyons 6 heures de presque tempête, sur un pump boat en bois.... j'en suis encore toute retournée... waaou!

À El Nido, nous retrouvons Internet (aux heures de courant...). Nous y resterons jusqu'à mardi, ensuite il faudra trouver un bateau pour les îles de Busuanga et de Coron, puis un vol direct pour Manille samedi matin (croisons les doigts, on reprend l'avion le même jour pour Paris...)..

Nous étions arrivés à la pointe nord de Palawan vendredi dernier, le temps se détériorait peu à peu depuis la semaine dernière, Palawan est connu pour un temps capricieux... nous avons essuyé deux typhons en deux jours! même si cela reste somme toute des petits typhons, les rafales de vent sont impressionnantes, et surtout il tombe des trombes d'eau.
Le bungalow que nous avions loué n'était pas super, limite sordide.... et la nuit passée les yeux grands ouverts, en entendant la tempête s'acharner sur le toit en tôle. Du coup le moral des troupes commençait sérieusement à s'émousser.
Comme par enchantement, dimanche après le 2eme typhon, le vent s'est enfin calmé, le ciel est totalement dégagé.
S'en suivent deux journées mémorables, peut être même, les plus belles de notre voyage: journée en bateau le dimanche à faire le tour des îles et à nouveau du snorkeling dans les lagons coralliens, au milieu des poissons superbes et de quelques serpents de mer ! au menu du jour ; poissons grillés par le pêcheur, sur la plage.

Lundi promenade en kayak en longeant la côte, en faisant des arrêts sur plusieurs plages, toutes plus magnifiques les unes que les autres, et surtout sans jamais croiser une seule personne.

A El Nido, il y a des bars de plage, typiques et sympas. Anachronique ; un groupe live qui joue des tubes occidentaux, de la Pop Filipino en tagalog, nous avons veillé les deux derniers soirs assez tard, avec des espagnols avec qui nous avions sympathisé, moments magiques ; sur une plage à 12000 km de Paris, sur la mer de Chine, à écouter les Beattles remixés par trois p'tits gars géniaux.


Busuanga

Après huit heures de bateau, et ce n'est pas le beau ferry avec banquette, ou tu peux t'allonger relax, non, non, non, c est encore une rustique barque de pêcheur, avec une planche en bois sous les fesses et les odeurs de fioul pour ouvrir l'appétit.
Nous voila arrivés à Busuanga, éprouvés par la « croisière », difficile de se faire une idée, ce n'est pas ce que nous avons vu de plus joli... visite de trois Guest House pour trouver un gîte décent (cette fois ci je ne voulais pas lâcher prise, nous allions y passer quatre jours!) Busuanga ressemble déjà plus à une ville, de l'électricité toute la journée...et puis surtout un superbe archipel à découvrir... c'est aussi un haut lieu de plongée, avec des spots sur les épaves des navires japonais de la WWII, l'île de Sangat, etc...

Quatre jours à alterner ; trek à cheval dans la jungle, détente dans les sources d'eaux chaudes... la température extérieure est de 35°C, mais en fait, on a l'impression d'être dans grand jacuzzi., journée en mer, et snorkeling avec nos amis les poissons.

Nous contemplons le coucher de soleil depuis un bar en front de mer et puis, pour conclure ce soir avec nos dernières "San Miguel" (bière locale), une incursion à fête de la ville et bye bye les Philippines.

Trucs et astuces :
Bateau Port Barton/El Nido : 6 heures, 3000 Pesos à 2, si on remplit le bateau à 6.
El Nido : « Art Café » pour les billets et les excursions, préférer le pêcheur du « Green View Resort » nommé Bady, pour partir en bateau la journée.
Le soir : bars sur la plage et petits restos sympas notamment « le Marber's »
Bateau El NIdo/Coron : 8 heures, 2200 Pesos, un gros Pump Boat, mais assis sur des planches sur le pont... franchement ça fait trop long et le détour par Coron ne vaut pas le coup pour les « non plongeurs »
Coron : « The Village Lodge » 750 Pesos/nuit dans une chambre standard (à deux), bon rapport qualité/prix, dîner au Grill sympa.

Nous quittons l'île samedi, avion pour Manille pour un départ le jour même vers Paris et arrivée dimanche...
il y a comme un goût de fin...
Avis aux amateurs baroudeurs, ou moins baroudeurs; Les Philippines, c'est un pays magnifique, facile et accueillant !

Julie

Olango

Olango est un groupe d'îles situé dans la région centrale des Visayas aux Philippines. Ce groupe se compose de l'île d'Olango et de six îlots : Sulpa, Gilutongan, Nalusuan, Caohagan, Pangan-an, et Camungi.
L'île d'Olango et ses îlots voisins représentent approximativement 10,3 km2.
Olango est sous la juridiction de la ville de Lapu-Lapu et de la municipalité de Cordova, tout en faisant partie de la province de Cebu.
L'île d'Olango se trouve 5,5 kilomètres à l'est de l'île de Mactan et de la ville de Cebu. En 2009, la population d'Olango compte environ 32 000 habitants.

Ce groupe d'îles représente un écosystème fragile et unique. Reconnaissant la nature exceptionnelle de cet environnement naturel, suite à un accord signé le 14 mai 1992 avec la présidente, Mme Coranzo Aquino, une zone de 920 ha a été transformée en "sanctuaire", le "Olango Island Wildlife Sanctuary" (OIWS).
Le sol de cette zone est en grande partie constitué de sables calcaires mélangés à des fragments de coquillages et à de la boue, et recouvert de mangrove.

Le 8 novembre 1994, l'OIWS a été intégré à la liste des sites protégés par la Convention de Ramsar. La Convention de Ramsar a pour objectif la protection des zones humides internationales comme habitat des oiseaux d'eau, qui sont très souvent des oiseaux migrateurs. En effet, de part sa position géographique, l'île d'Olango se trouve située sur la route migratoire reliant l'hémisphère Nord (vers la Chine) à l'hémisphère Sud (vers l'Australie). On recense quatre-vingts dix-sept espèces d'oiseaux dans l'Olango Island Wildlife Sanctuary, parmi lesquelles se trouvent des espèces en voie de disparition comme, par exemple, l'aigret chinois (Egretta eulophotes).

De plus, c'est également sur l'île d'Olango qu'est située la zone marine protégée de Gilutongan, "The Gilutongan Marine Sanctuary".
Il s'agit probablement de l'une des zone marine protégée (Marine Protected Area ou MPA) les plus connues aux Philippines.
Dès lors, la seule source de revenue de l'île d'Olango est le tourisme. Les 920 ha du Olango Island Wildlife Sanctuary, ses plages de sables blancs, ses sites de snorkelling et la baignade en sont les principaux attraits.
Néanmoins, le riche et fragile écosystème de l'île d'Olango est menacé par l'homme. Un certain nombre de programmes ont été développés par des ONGs, le gouvernement local et le secteur privé pour protéger les ressources tout en ouvrant ce paradis au tourisme.
Différentes zones maritimes protégées (Marine Protected Area) ont ainsi été créées.

Aujourd'hui, l'archipel des Visayas possède le plus grand nombre de zones marines protégées des Philippines.

Copyright Ecoconut Tours Inc. cf. : www.ecoconut.org

Archives | Notices légales | Nous contacter | Services aux entreprises | Copyright © 2009-2011
Autres sites meetinggroupe : Le golf avec meetinggolf.fr | La culture avec meetingcultural.fr | Le monde de l'emploi avec meetingjob.fr | Les échanges amicaux avec meetinggame.fr